Ceci est le premier article d’une série visant à vous raconter l’évolution de mon nouveau roman.

Comme je l’ai écrit dans mon précédent article, j’ai débuté l’écriture d’un nouveau roman. Pas une nouvelle, comme j’aime en écrire régulièrement. Non pas un simple récit, à l’image du Clairvoyant, mon premier roman. Mais une véritable histoire, complète, complexe et dimensionnelle. Un véritable roman. Cependant, l’histoire ne date d’hier.

Comment m’est venue l’idée de ce nouveau roman?

Cette histoire, je l’ai en tête depuis trois ans maintenant. Elle s’est transformée, elle a évolué, elle s’est améliorée. Des épisodes se sont rajoutés, d’autres supprimés. Des éléments sont venus consolider le récit, d’autres ont diminué d’intensité et d’importance. Un récit connaît l’évolution constante.

Tout ça, seulement dans mon esprit

Car oui, en trois ans, je n’avais pas écrit une seule ligne. J’ai commencé il y a quelques semaines, par rédiger des incipits. Une dizaines. Je les ai tous supprimés. Mais j’ai conservé les idées majeures.

Puis, j’ai repensé la voix. Celle du narrateur. Du « il », je suis passé au « je ». Pourquoi? Parce que c’est moi qui lit l’histoire. Non, pas moi l’auteur. Moi, Guillaume Duhan. Mais moi, mon personnage.

Vous ne vous en rendez pas compte mais c’est une décision lourde et exceptionnelle. Elle annonce la venue de l’oeuvre que je voulais écrire depuis longtemps.

Dans le prochain article, je vous livrerai un bout d’histoire…

Et si je vous écrit ces mots, si j’écris cet article, c’est parce que je pense avoir enfin trouvé le bon début. La bonne amorce. Le ton exact et la narration parfaite pour raconter l’histoire qui sommeille en moi depuis 3 ans.

Guillaume Duhan

Partager
Share on Facebook4Tweet about this on Twitter20Share on Google+0Pin on Pinterest1Share on LinkedIn0Share on Reddit0Email this to someone

juillet 26, 2017

Comments

[…] S’inspirer d’une personne que l’on connaît pour créer un personnage est un exercice périlleux. Pour plusieurs raisons distinctes et toutes valables. Cependant, je n’arrive pas à m’empêcher de prendre les gens de mon entourage comme modèles. Ils sont si réels, si authentiques qu’ils font les personnages les plus crédibles. Et c’est ce que je recherche, la crédibilité. Qui veut croire à des figures aux visages inconnus? Personne. […]

Laisser un commentaire